Négocier avec des Iraniens

On ne mène pas une négociation avec des Iraniens comme on peut le faire avec ses partenaires européens, russes, chinois ou indiens.

Fabien Ronchail, auteur du livre Comprendre les Iraniens nous livre quelques conseils avisés pour aborder dans les meilleures dispositions une négociation en Iran.

http://regards-interculturels.fr/2018/03/negocier-avec-des-iraniens/

 

Signature Accord de Licence entre AIR LIQUIDE et la société iranienne NPC

La société française Air Liquide vient d’annoncer la signature d’un accord de collaboration avec la société iranienne NPC (National Iranian Petrochemicals Co.) pour la fabrication de propylène à partir de méthanol à l’aide d’un process sous licence Air Liquide.

Pour aller plus loin :  http://www.plasticsnewseurope.com/article/20180314/PNE/180319968/air-liquide-to-supply-mtp-technology-to-iran

Opportunités dans le secteur minier iranien

L’Iran est connu pour ses importantes réserves en hydrocarbures qui le placent au quatrième rang mondial en termes de réserve pétrolière et au premier rang des réserves de gaz[1]. Mais le pays possède également de nombreuses et importantes ressources minières qui représenteraient près de 7% des réserves mondiales[2].

L’IMIDRO (Iran Mines and Mining Industries Development and Renovation Organization) présentait à la fin de l’année 2015 et quelques mois seulement après l’accord signé à Genève sur le dossier nucléaire un plan d’investissement de 20 milliards de dollars étalé sur dix ans concernant à la fois l’exploration et la rénovation des mines et équipements actuels[3]. L’objectif affiché était de multiplier par quatre en dix ans la production d’aluminium, mais aussi de cuivre, de tripler la production en or ou de fer et d’acier et enfin de doubler la production de ciment ou encore de zinc[4].

Depuis cette date, de nombreuses entreprises internationales ont signées officiellement des accords de coopération avec des entités gouvernementales iraniennes dont trois entreprises chinoises (NFC, China Sanyo Steel, CREC Investment), deux entreprises allemandes (Vallourec, Trafigura), deux italiennes (Danieli, SMS INNSE), une entreprise japonaise (Nippon Steel & Sumitono Metal Corporation), australienne (One Search Group), indienne (Indian National Aluminium Company), coréenne (Posco) et seulement une entreprise française (Fives Group).

Des places restent encore à prendre dans ce secteur. Ne manquez pas la seconde conférence annuelle organisée à Téhéran les 6 et 7 mai 2018 par l’IMIDRO (http://www.iranminetech.com/)

 

[1] Rapport 2016 de BP (www.bp.com)

[2] Philip Mobbs, “The Mineral Industry of Iran”, in US Geological Survey, June 2014

[3] “An introduction to The Strategy of Iranian Government to promote investment in Mining and Metal Sector”, November 2015

[4] “Recent Trends in the Nonfuel Minerals Industry of Iran”, in U.S. Geological Survey, 2016

Publication du rapport annuel de l’ONG Transparency International évaluant le niveau de corruption à travers le Monde

L’ONG  allemande Transparency International vient de publier son classement annuel jaugeant le niveau de corruption à travers le monde. Dans ce classement, le pays le mieux classé est la Nouvelle-Zélande (note de 89 sur 100), la France se situe au 23e rang avec une note de 70 et l’Iran au 130e rang sur 180 avec une note de 30, au même niveau que l’Ukraine et juste devant le Mexique ou encore la Russie.

L’analyse seule du rang attribué dans ce classement à l’Iran est à prendre avec précaution, car 70% des 180 pays étudiés ont une note inférieure à la moyenne (moins de 50 sur 100), dont de nombreux pays avec lesquels la corruption interne n’est pas un frein aux investissements étrangers comme la  Chine (note de 41), l’Inde (40), le Maroc (40), l’Argentine (39), la Thaïlande ou l’Indonésie (37) ou encore l’Algérie (33).

Au-delà du constat, largement partagé et connu, que la corruption en Iran est un élément majeur à considérer lorsque l’on souhaite y faire des affaires, il est intéressant de noter que la note attribuée à l’Iran progresse régulièrement depuis cinq ans passant de 25 en 2013 à 30 cette année.

 

Pour aller plus loin : www.transparency.org

Développement des Start-ups iraniennes

Paradoxalement, les sanctions internationales en raison du programme nucléaire ont offert une certaine forme de protection du pays face aux géants américains du net. De nombreux entrepreneurs iraniens ont donc développé de nombreuses applications adaptées au marché local.

L’application Snap est la version iranienne d’Uber, proposant des services de location de voitures avec chauffeur, c’est-à-dire des taxis, ou encore de livraisons de plats ou de colis. De même, l’application Digikala est le pendant d’Amazon et Pintapin celui de booking.com.

Pour aller plus loin …

http://www.bilan.ch/techno-plus-de-redaction/start-ups-iraniennes-plein-essor

L’OCDE vient d’abaisser la note « Risque pays » de l’Iran

Lors de sa dernière publication du 26 janvier 2018, l’OCDE vient d’abaisser la note « Risque pays » de l’Iran. Le pays était jugé fortement risqué avec une note de 7 et stable depuis 2012. L’OCDE avait préalablement décidé de baisser cette cotation à 6 en juillet 2016 et vient de décider fin janvier 2018 de l’abaisser une nouvelle fois à 5. Aujourd’hui, le pays est donc jugé aussi risqué que le Brésil en guise d’exemple.

https://www.oecd.org/tad/xcred/cre-crc-current-english.pdf

 

Les classifications de risque pays sont censées refléter le risque pays. Dans le cadre défini par les Participants, le risque pays est constitué des risques de transfert et de convertibilité (c’est-à-dire le risque qu’un gouvernement impose des contrôles sur les flux de capitaux ou sur les devises empêchant une entité de convertir la devise locale en devise étrangère et/ou de transférer des fonds à des créanciers situés en dehors du pays) ainsi que des cas de force majeure (guerre, expropriation, révolution, troubles civils, inondations, tremblements de terre …).

Les exportations européennes vers l’Iran ont augmenté de 57%

Les exportations européennes vers l’Iran ont augmenté de 57% sur les onze premiers mois de l’année 2017, comparées à la même période de 2016.

La France devient le second fournisseur européen de l’Iran, avec près de 3,45 milliards d’Euro, juste derrière l’Italie (4,54 Mds €) et devançant l’Allemagne (2,99 Mds €), l’Espagne (1,67 Mds €) et les Pays-Bas (1,34 Mds €).

https://financialtribune.com/articles/domestic-economy/80472/iran-eu-trade-tops-18b-italy-tops-list-of-partners-jan-nov-2017

« Femmes d’Iran, Femmes en mouvement »

Un dialogue inédit entre femmes iraniennes et françaises, aux parcours d’exception.
Un évènement du Centre Franco-Iranien et du MEDEF International
Jeudi 1 février 2018

Voir la plaquette de présentation :
http://bit.ly/2D6c8I5

Cet évènement aura plusieurs dimensions et sera composé :
– D’une conférence grand public avec la présence d’une trentaine de femmes iraniennes issues de différents domaines : économique, culturel et artistique, universitaire, sportif, associatif, caritative et politique. Cette conférence sera l’occasion d’un dialogue dynamique entre les femmes iraniennes et un panel de femmes françaises de haut niveau afin d’évoquer leurs défis communs face aux multiples plafonds de verre qui continuent à demeurer quel que soit le pays, et essayer de trouver ensemble des solutions.
– D’un échange spécifique (format rencontres B2B) entre les femmes d’affaires iraniennes et les entreprises françaises en vue de favoriser les échanges économiques et commerciaux entre les femmes entrepreneures iraniennes et leurs homologues françaises et promouvoir ainsi l’entrepreneuriat au féminin.

Pour en savoir plus: http://www.reseaux-business.com/evenements/femmes-d-iran-femmes-en-mouvement-avec-le-medef-international

 

 

Les ventes de Renault dopées par la Russie et l’Iran

Aidé par la reprise des marchés iranien et russe, le groupe automobile Renault a annoncé lundi avoir enregistré une progression de 8,5% de ses ventes mondiales de véhicules en 2017, à 3,76 millions d’unités….

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2018/01/15/97002-20180115FILWWW00212-les-ventes-de-renault-dopees-par-la-russie-et-l-iran.php

Par